Edition automne 2020

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

news_auto_sommaire

Innovation

De l’électricité dans l’air

idee_auto_sommaire

Eco-responsable

A la hauteur de l’urgence climatique

idee_auto_sommaire_2

Coulisses

Assurer les services essentiels durant la pandémie

sig_auto_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

partenariat_auto_sommaire

Parole de client

«GeniLac faisait sens pour nous»

sig_auto_geni_sommaire

Rencontre

Un vélo «made in Genève»

sig_auto_vivre_sommaire

Saveurs

Un resto, un concert et dodo

vivre_auto_saveurs_sommaire

Nature

Industrie et oiseaux cohabitent

vivre_auto_nature_sommaire

Agenda

agenda_auto_sommaire

SIG ET VOUS

 Coulisses 

 

Assurer les services essentiels durant la pandémie

 

Le printemps 2020 se résumera pour beaucoup à un mot et à un nombre: Covid-19. Ce virus a fait irruption dans nos vies et nous a toutes et tous marqués, intimement, socialement, économiquement. Durant cette période, SIG a mis en place de nombreuses mesures afin d’assurer protection de son personnel et services à la population.

 

Texte : Michaël Perruchoud /// Photographies: Yves Bussard et Magali Girardin

Pour SIG, deux priorités se sont dégagées durant cette période particulière: d’une part, assurer la santé et la sécurité de son personnel; d’autre part, assurer ses missions essentielles auprès de toute la population genevoise. L’eau et les énergies doivent rester à disposition des citoyen·nes et de l’économie locale. Le savoir-faire et le professionnalisme des équipes SIG ont permis d’assurer la continuité des prestations auprès de toutes et tous.

UNE ORGANISATION DE CRISE BIEN ENTRAÎNÉE

En cas de crise majeure, SIG est pilotée par une équipe restreinte chargée de gérer la crise et ses conséquences. Une dizaine de personnes constituent cette équipe, appuyées par les différentes directions de l’entreprise. Cette organisation de crise est régulièrement exercée depuis dix ans, ce qui a permis de rapidement faire face aux problèmes posés à SIG lors de cette pandémie. Pour SIG, l’éventualité d’une crise est une préoccupation constante, puisque la fourniture des fluides essentiels à la population passe par la capacité de l’entreprise à faire face à toutes les situations.

En 2018, SIG a exercé son plan de gestion de crise avec le scénario de la pandémie. Et si le réel dépasse souvent ce qui avait été imaginé, si les premières semaines de la crise liée au coronavirus ressemblèrent plus à une fiction que tout ce qui avait pu être simulé jusqu’à ce jour, le plan de gestion de crise a démontré son efficacité. Cette logique de prudence et de précaution a ainsi poussé l’entreprise à conserver les masques commandés il y a une dizaine d’années, lorsque le risque du virus H1N1 faisait les gros titres de l’actualité. Ce stock a permis d’équiper les collaborateurs et collaboratrices SIG sur le terrain, mais aussi de fournir des lots aux HUG au plus fort de la crise. Reste une équipe soudée, expérimentée, qui n’a ménagé ni son temps ni ses efforts. 

«Nous étions dans une équation où les inconnues étaient très nombreuses, tant sur l’évolution du virus que sur les décisions politiques qui allaient être prises. Nous devions donc être prêtes et prêts à réaliser des ajustements constants», nous explique Alain Zbinden, directeur général adjoint de SIG et directeur du plan de gestion de crise. 

«Compte tenu de l’impressionnante diversité de sites et de métiers, SIG a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation, d’une belle réactivité.»

 

Alain Zbinden, directeur général adjoint de SIG et directeur du plan de gestion de crise

Car si la préparation en amont a été plus que satisfaisante, la multiplicité des sites et des métiers de SIG et le nombre de ses activités (eau potable, eaux usées, électricité, gaz, chaleur à distance, traitement des déchets, etc.) multiplient les réponses à donner et les précautions à prendre. «Compte tenu de cette impressionnante diversité de sites et de métiers, on peut dire que SIG a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation, d’une belle réactivité», poursuit Alain Zbinden.

En déclenchant le plan de gestion de crise, de nombreuses activités de SIG essentielles à la population ont été réorganisées. Le savoir-faire et le professionnalisme des équipes SIG ont permis d’assurer la continuité des prestations.

DES PROFESSIONNEL·LES AU SERVICE DES GENEVOIS·ES

C’est toute l’organisation de l’entreprise qui a brutalement changé, même si le nombre de collaborateurs et collaboratrices ayant déjà accès au télétravail et bénéficiant d’un horaire à la confiance a largement facilité les choses. La vision innovante du travail déployée à SIG a permis une transition rapide et sans difficulté majeure. L’informatique de l’entreprise était déjà prête: quelque 1100 connexions extérieures au système ont pu être gérées simultanément.

En déclenchant le plan de gestion de crise, de nombreuses activités de SIG essentielles à la population ont été réorganisées. Sur le terrain par exemple, ou dans les usines, les équipes ont dû modifier leurs horaires de travail. Certaines devaient également se protéger selon les tâches à effectuer. Ces plans de continuité des activités sont par ailleurs régulièrement testés depuis dix ans à SIG. Et si la masse de travail a quelque peu diminué dans certains secteurs de l’entreprise, SIG a le devoir d’assurer un grand nombre de missions quotidiennes et essentielles, comme la distribution de l’eau potable vitale à la population.

La sécurité et la continuité des activités se cultivent en effet au quotidien. Reste une volonté, résumée par Frédéric Giraud, responsable du chantier de la STEP de Villette: «Nous avons avancé partout où nous le pouvions.» Aller de l’avant dans le strict respect de la santé et de la sécurité de tous et toutes et des prescriptions légales en vigueur sera le mot d’ordre d’un printemps pas comme les autres. «Cette période va tous nous pousser à travailler différemment», confirme Gaëlle Jourdan-Oury, responsable aux ressources humaines.

Et le télétravail pratiqué à grande ampleur, avec la responsabilisation accrue qui en découle, peut se révéler enthousiasmant. Julien Brandt, coordinateur à l’activité gaz, en est persuadé: «Nous allons en sortir plus efficaces qu’avant, même s’il ne faut pas oublier les chamboulements humains provoqués par la période.» Les vies de famille ont ainsi été bousculées et la solitude au travail, le fait de ne voir ses collègues que par écrans interposés, peut avoir des conséquences fâcheuses. «Face à tous ces changements, nous devons d’abord penser à l’humain, poursuit Gaëlle Jourdan-Oury. C’est ainsi que nous serons fidèles aux valeurs de l’entreprise.»

 

DES INITIATIVES SOLIDAIRES

La pandémie laissera des traces dans notre économie, dans notre société. Beaucoup d’entre nous ont vu leur situation se détériorer; la solidarité est dès lors une nécessité. Pour parer au plus pressé, les tarifs d’électricité et de gaz ont été revus à la baisse pour une période transitoire, tandis que les échéances de facture ont été assouplies pour les entreprises les plus vulnérables. Ce sont ces petites bouffées d’air qui permettent de se projeter un mois après l’autre et de retourner plus facilement à la normalité. SIG a lancé il y a deux ans la plateforme de financement participatif Impact. Au plus fort de la pandémie, cette structure a permis d’aider des viticulteurs et viticultrices genevois notamment. On quitte dès lors le financement participatif classique pour une logique d’entraide. Impact devient alors l’outil de la solidarité.

Ainsi, les Bains des Pâquis recevront, au travers d’Impact, le soutien d’une foule de sympathisant·es, heureuses et heureux de contribuer à la poursuite de leurs activités. Car soutenir ce lieu, c’est aider un symbole genevois, c’est aller vers la proximité chère à SIG. Et cette volonté de travailler au plus près du tissu économique des citoyen·nes ne pourra être que renforcée par la période difficile que nous avons partagée. C’est en tout cas la conviction et le message de Christian Brunier, directeur général de SIG. «Il nous faut éviter de reproduire le monde d’avant», dit-il, en soulignant que les grands défis se gagnent collectivement et que c’est en tissant des partenariats, en travaillant les uns avec les autres et en confiance, que nous sortirons grandi·es du séisme de ce printemps 2020. 

Et puisque le virus circule toujours, continuons à être responsables, ensemble: appliquons les gestes barrières, pour le bien de nos collègues, de nos ami·es et de notre famille.