Edition été 2019

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

bref_sommaire

Innovation

Fonds Vitale Innovation: soutien financier aux projets verts

fonds_sommaire

Eco-responsable

Des vergers participatifs pour régénérer l’économie

verger_sommaire

Coulisses

GeniLac vu de l’intérieur

genilac_sommaire_haut

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

sig_sommaire

Parole de client

Le Curling Club de Genève primé

curling_sommaire

Rencontre

L’ASL, pour un Léman propre

asl_sommaire

Saveurs

Gastronomie digitale

gastronomie_sommaire

Nature

La vocation pédagogique des Berges de Vessy

vocation_sommaire

Agenda

agenda_sommaire

IDÉES DURABLES

 Innovation 

 

Fonds Vitale Innovation: soutien financier aux projets verts

 

Quatre fois par année, une sélection de projets novateurs sur le plan écologique bénéficient du Fonds Vitale Innovation financé par l’Electricité Vitale Vert. L’objectif de ce fonds? Donner un coup de pouce financier et concrétiser les dernières avancées technologiques en faveur des énergies vertes.

 

Texte: Mireille Jaccard /// Photo: AdobeStock

Parallèlement au développement et à la commercialisation d’Electricité Vitale Vert, SIG s’attelle à encourager l’engouement croissant pour le secteur des énergies renouvelables et promeut les réalisations durables. C’est ainsi que des études académiques, des recherches et des constructions de prototypes sont soutenues par le Fonds Vitale Innovation dans les secteurs du solaire, de l’éolien, de la biomasse ou encore de la géothermie. Pour mener à bien cette initiative, un comité pluridisciplinaire composé de représentants de l’Etat de Genève, de l’Université, de la Fédération romande des consommateurs (FRC) et de SIG s’est constitué en 2003. L’assemblée trie les offres, évalue les propositions, détermine les projets qui pourront bénéficier d’un soutien économique et valide ceux arrivés à terme. «La créativité dans le segment des énergies renouvelables est absolument extraordinaire. Notre premier objectif est de faire éclore les idées au vu des besoins quotidiens et selon des critères définis, comme le degré d’innovation, le potentiel de marché, les possibilités de création d’emplois, l’impact sociétal et les bienfaits environnementaux», explique avec enthousiasme Raphaël Domjan, coordinateur des projets d’innovation. Des prémices à leur concrétisation, il accompagne et guide les projets dans le domaine des énergies propres en plein essor. «Nous sommes au cœur des démarches visionnaires et prometteuses», ajoute-t-il.

Le Fonds Vitale Innovation en quelques chiffres

 

Depuis sa création en 2003, le comité a évalué plus de 125 projets et attribué plus de 5 millions de francs à 76 projets. Pour 2018, les ventes d’Electricité Vitale Vert ont permis de maintenir les apports au fonds à hauteur de 500’000 francs.

Société Enairys Powertech

Société Proxipel

Modules photovoltaïques

UN LARGE NUANCIER D’INNOVATIONS

Parallèlement à la prise de conscience écologique, l’imagination des scientifiques est constamment stimulée. Les nombreux dossiers reçus et dotés d’une cohérence éthique en sont la preuve. Chaque année, un demi-million de francs suisses sont reversés pour soutenir les projets d’un panel varié de l’EPFL, de l’Hepia, d’Implenia, de SolarPlanet, etc. La société Enairys Powertech, par exemple, une start-up installée à l’Innovation Park de l’EPFL, a bénéficié d’un appui financier du Fonds Vitale Innovation. Son champ d’expertise: un système de stockage et une gestion d’énergie provenant d’une source éolienne ou photovoltaïque, le tout doublé d’une autonomie énergétique indépendante grâce à un procédé de basculement du stock de la production d’énergie des heures creuses sur les heures de pointe. Cette méthode de batterie alternative assure, dans un premier temps, un apport d’électricité dans des résidences autonomes en milieux isolés et fragiles, évitant ainsi la dépendance aux centrales fossiles ou nucléaires. Dans un second temps, la batterie sert également d’alimentation de secours, notamment pour les relais téléphoniques, les centres de données ou les hôpitaux. Si, jusqu’à présent, les solutions existantes n’étaient ni écologiques, ni économiques, Enairys Powertech conçoit ainsi une batterie à air comprimé à grand rendement avec une durée de vie de vingt à trente ans, contre dix ans pour ses concurrentes au lithium ou au plomb. Un système de ce type étant capable d’alimenter une maison pendant 48 heures, il devient envisageable qu’à terme des quartiers entiers puissent produire et consommer de l’énergie propre en toute autonomie. Une solution à la fois respectueuse de l’environnement et rentable. Dans un registre différent, la démarche visionnaire du projet Proxipel a également séduit le comité de sélection. L’impératif pour cette jeune entreprise était de réduire les impacts environnementaux en mettant fin au processus de déplacement du bois avant qu’il soit transformé en granulés. C’est ainsi que l’idée d’inverser la chaîne de production a permis la conception d’unités mobiles capables de transformer toutes les variétés de biomasse in situ en pellets. Sur un coût total de 1’524’000 francs, le Fonds a attribué 124’000 francs à ce projet pour qu’il aboutisse.

 

UN FONCTIONNEMENT CONSENSUEL

Les mesures peuvent être ainsi suggérées par des associations de protection de l’environnement ou de la faune, des collectivités publiques, des écoles, mais aussi des particuliers désireux de diminuer leur empreinte écologique. Depuis une quinzaine d’années, SIG offre la possibilité aux Genevois de devenir des acteurs impliqués, en accord avec leurs convictions grâce à leur choix d'Electricité Vitale Vert. Alexandre Bagnoud, nouveau président du Fonds et ingénieur environnement de SIG, précise que «cette coopération monétaire permet de soutenir des projets innovants qui ne présentent pas toujours, au premier abord, des certitudes de réussite. Le tremplin que nous offrons garantit un développement des idées et favorise l’émergence de bonnes pratiques écologiques de façon large.» A la question de savoir quelles sont les réussites significatives obtenues grâce à la bourse offerte par SIG, il parle d’abord du nombre croissant d’études proposées. C’est ensuite la diversité des projets qui aboutissent sur un succès qui le réjouit. «Nous avons pu optimiser la production hydroélectrique, ou un logiciel de routage, ou encore développer tout un système de panneaux solaires blancs.» Dans les prochaines années, Alexandre Bagnoud souhaite garder le niveau d’expertise de son comité actuel et poursuivre son fonctionnement ainsi qu’accompagner certains des projets en les testant par des prototypes, puis leur permettre de mûrir dans un des incubateurs de la région.

«Le tremplin que nous offrons garantit un développement des idées et favorise l'émergence de bonnes pratiques écologiques de façon large.»

 

Alexandre Bagnoud

Président du Fonds Vitale Innovation