Edition printemps 2019

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

sommaire_01

Innovation

«Il faut comprendre la psychologie du comportement durable»

sommaire_02

Eco-responsable

Les bienfaiteurs de l’or bleu

sommaire_03

Coulisses

Cheneviers IV, ou quand les déchets deviennent une ressource

cheneviers_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

sommaire_05

Parole de client

Les Lancéennes et les Lancéens investissent dans le solaire

sommaire_06

Rencontre

Une lessive qui ne fait pas tache

sommaire_07

Saveurs

Au Richemond, Le Jardin devient potager

sommaire_08

Nature

La ville nourricière

sommaire_09

Agenda

sommaire_10

VIVRE

 Nature 

 

La ville nourricière

 

Intégrer davantage de nature au cœur de la Cité de Calvin est un projet auquel s’est attelé un collectif d’habitants sensibles à la végétalisation d’espaces urbains. Aujourd’hui, les lopins de terre, dont la gestion est soutenue par la Maison de quartier des Eaux-Vives et l’association Herbes Vives, se sont mués en un ravissant potager de 300m2 sur le point de doubler sa surface.

 

Texte: Mireille Jaccard /// Photo: potagers urbains Eaux-Vives

Le long de la promenade Charles-Martin, à une quinzaine de minutes à pied de l’hypnotique lac Léman et de son quartier des banques, le battement frénétique citadin n’est plus qu’un lointain murmure et le souffle du vent fait frissonner les branches. Ici, dans ce désordre délicieux propre aux prémices du printemps, l’air semble s’être attardé dès l’aurore sur les joues des jardiniers qui arpentent les lieux tout en effleurant une feuille de potiron. Si travailler la terre suffit pour ne penser qu’en termes d’ombre et de lumière, trouver un authentique plaisir à scruter le ciel et y capturer ses fantaisies devient une limpide évidence. La scène qui prend les contours d’images d’Epinal provoque la sensation d’être passé dans un autre temps.

JARDINER L’UNIVERSEL

Une agriculture urbaine de ce type n’a ni la vocation de produire à grande échelle, ni celle de se substituer aux grandes cultures en périphérie. Par conséquent, le potager des Eaux-Vives est davantage le témoignage d’un fabuleux dialogue entre la ville et la campagne dans l’optique d’une complémentarité. En outre, il s’agit d’une volonté humaine de se reconnecter durablement à ses racines terriennes, ces dernières reconnues indispensables pour une certaine forme d’équilibre. Selon l’association, les aspirations de ce petit coin de paradis sont d’établir un lien avec le végétal afin d’améliorer la qualité du cadre de vie dans son ensemble. «Tout en favorisant le développement de la biodiversité, il est également question de nous mener à une réflexion sur l’agroécologie. C’est aussi un vecteur de sensibilisation sur les façons de s’alimenter. Par ailleurs, le potager devient un authentique lieu de sociabilité qui permet de créer une convivialité entre voisins», souligne  l’association en réponse sur les motivations qui l’animent. L’engouement suscité pour le projet lancé en 2014 ainsi que son aboutissement sont les témoignages tangibles des besoins individuels à se ressourcer au gré des saisons. Une volonté assumée d’être en osmose avec le paysage idyllique, mais également le souhait de rendre à la terre son titre de grâce: le symbole de bien vivre dans la ville.

Pour plus d’informations:

Ce projet est ouvert à tous en fonction de la place disponible sur le terrain. Vous avez la possibilité de cultiver en parcelle individuelle ou collective.