Edition automne 2019

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

breve_11_sommaire

Innovation

La réalité augmentée au service de l’invisible

la realite_sommaire

Eco-responsable

Youth for Soap, des savons solidaires

youth_sommaire

Coulisses

Entre développement durable et Grand Genève

step_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

partenaire_sommaire

Parole de client

Le quartier de demain

quartier_sommaire

Rencontre

A La Ferme de Lullier, c’est automatique

ferme_sommaire

Saveurs

Le goût des plats de notre enfance

saveurs_sommaire

Nature

Des poules et des hommes

poules_sommaire

Agenda

agenda_11_sommaire

VIVRE

 Saveurs 

 

Le goût des plats de notre enfance

 

Depuis le mois de mai dernier, Les Repas de Mamie régalent les Genevois de plats mijotés par une vraie grand-mère et livrés à domicile.

 

Texte: Sylvie Ulmann /// Photos: Chez Mamie

 

 

Renouer avec les saveurs des repas de jadis, telle était l’idée de Séverine et Lauréna lorsqu’elles ont lancé leur petite entreprise de livraison de menus à domicile. Coup de chance: Nicole, la maman de Séverine, est justement l’une de ces cuisinières qui n’a pas son pareil pour mitonner un délicieux bœuf bourguignon, un coq au vin ou un rôti de porc, et l’accompagner de pommes de terre au romarin dorées à souhait ou d’une juteuse ratatouille. En prime, elle sait aussi préparer d’inoubliables tartes aux pommes et de divines confitures. Les deux associées, qui travaillent désormais à temps partiel dans le domaine de la sécurité, ont décidé d’unir ces trois talents et de lancer Les Repas de Mamie. Du lundi au mercredi (pour l’instant), elles régalent les convives qui commandent l’un des plats proposés sur leur site internet. Ceux-ci, mitonnés dans la cuisine familiale, varient quotidiennement. Dans un deuxième temps, les entrepreneuses espèrent bien sûr offrir ce même service tous les jours. Pour le week-end, elles mettent les talents de pâtissière de Nicole à contribution avec une formule brunch. Là aussi, bien entendu, tout est fait maison, y compris les pâtisseries. Lauréna ne tarit pas d’éloges sur la confiture d’abricots parfumée à la vanille de Nicole… On en salive. Le trio travaille exclusivement avec des produits de saison et, dans la mesure du possible, locaux.

 

 

LIVRAISON À VÉLO

Car pas question que leur activité contribue à polluer l’environnement. Voilà aussi pourquoi nos deux trentenaires, qui sont également mères de famille, tiennent à effectuer les livraisons à vélo – avec assistance électrique, tout de même, précise Lauréna. Elle prend régulièrement le guidon pour ravitailler la petite trentaine d’habitués que cette formule a conquis en quelques mois, par simple bouche-à-oreille. Toujours dans l’idée de préserver la planète, les menus sont livrés dans des contenants garantis biodégradables, à base de fibres de canne à sucre ou de maïs, qui passent au micro-ondes. «Dans un deuxième temps, nous aimerions beaucoup pouvoir utiliser des emballages consignés», souligne Lauréna. C’est d’ailleurs déjà le cas pour le service traiteur qu’offre également ce trio de passionnées des fourneaux. Un plat et sa garniture (deux variantes sont proposées quotidiennement) coûtent 25 francs et s’accompagnent d’une petite salade verte et de sa sauce maison; il faut ajouter 3,50 francs pour le dessert. Comptez 28 francs pour le brunch du dimanche. Le tout doit être commandé la veille.

www.chezmamie.ch

 

ÉCONOMIE VERTUEUSE

En misant sur le slow food avec des repas compris entre 15 et 20 francs, Nik’s Fudo cible une clientèle soucieuse de la qualité et de la diversité des plats consommés. La démarche donne en outre naissance à un cycle économique vertueux, notamment en permettant à des mères de famille ayant consacré leur temps à leurs enfants de pouvoir s’impliquer à nouveau dans une activité commerciale. Passionnées de cuisine, elles sont en effet nombreuses à proposer leurs plats via l’application. Collaborant avec les autorités cantonales de contrôle sanitaire telles que le Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV), Nik’s Fudo garantit ainsi une très haute qualité de cuisine à ses utilisateurs. Des chefs particuliers et ambassadeurs potentiels s’intéressent par ailleurs au système à Berne, à Neuchâtel et à Zurich, des villes ciblées par l’entrepreneur pour l’avenir de son application, qui compte déjà plus de 1200 utilisateurs en région genevoise. La start-up a en outre déjà livré plusieurs repas par l’intermédiaire des CFF à Lausanne.