fr Le Pacte climatique: plus vite vers la transition énergétique

Edition automne 2021

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

actu_automne_2021_sommaire

Innovation

Une piste cyclable transformée en centrale solaire

idee_automne_2021_sommaire

Eco-responsable

Nouveau hub de l’économie circulaire

idee eco_automne_2021_sommaire

Rencontre

Impact donne du sens à l’économie genevoise

idee rencontre_automne_2021_sommaire

SIG et vous

Le Pacte climatique: plus vite vers la transition énergétique

sig_automne_2021_sommaire

SIG et vous

Les Laiteries Réunies poursuivent leur engagement durable

sig_laiterie_automne_2021_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

sig_partenaire_2021_sommaire

Nature

Sur La Parcelle, on partage et on échange

nature_automne_2021_sommaire

Saveurs

enFaim: une cuisine aux mille parfums

saveur_automne_2021_sommaire

Agenda

agenda_automne_2021_sommaire

SIG ET VOUS

GeniLac – Chantier de la station de pompage (STAP) du Vengeron.

 Coulisses 

 

Le Pacte climatique: plus vite vers la transition énergétique

 

La situation sur le front du climat et de l’environnement exige des engagements forts. Le Pacte climatique en est un. Christian Brunier, directeur général de SIG, nous explique en quoi il change la donne. 

 

Texte : Michaël Perruchoud /// Photos: Yves Bussard, Vanina Moreillon

SIG est engagée de longue date dans le développement durable, pour la transition énergétique. En quoi un Pacte climatique est-il nécessaire?

Le Canton de Genève l’a décrété sans ambiguïté, le GIEC ne cesse de le confirmer et de tirer la sonnette d’alarme: nous sommes en situation d’urgence climatique. Ce pacte ne change pas nos valeurs et nos convictions, mais doit nous permettre d’accélérer notre trajectoire vers la transition énergétique. Car la lutte pour notre bien-être climatique a changé de dimension: il ne s’agit plus simplement d’agir, mais d’agir plus vite, plus fort. 

 

Comment définiriez-vous le Pacte climatique?

Comme un élan, comme un ensemble d’actions drastiques qui nous permettra de multiplier par sept nos efforts dans le domaine de la transition énergétique. Ce pacte, c’est un changement d’échelle dans notre lutte climatique.

De quelle façon s’articule-t-il?

Il est basé sur trois piliers, que nous avons nommés SIG exemplaire, SIG engagée et SIG activatrice.

 

Pourquoi parler d’abord de l’exemplarité?

Par souci de cohérence. Si l’on veut créer un élan, il faut d’abord appliquer les principes que l’on défend. Si l’on n’est pas digne de ce que l’on affirme et de ce que l’on propose, on ne peut pas être crédible. Sur le terrain, cela veut dire que nous allons ausculter chacune de nos activités avec l’objectif de réduire notre consommation énergétique et nos émissions de CO2 partout où nous le pouvons. SIG exemplaire, cela veut dire: nous allons nous imposer ce que nous proposons. Et cela nous permettra également de dupliquer les bonnes pratiques.

 

Vous évoquez ensuite SIG engagée. Mais la notion d’engagement n’est-elle pas liée à l’entreprise depuis longtemps?

Oui. Les valeurs sociales et environnementales font partie de l’ADN de notre entreprise, tout en assurant une gestion financière et économique rigoureuse. Et nous proposons aux Genevoises et aux Genevois de nombreuses solutions énergétiques efficientes pour rationaliser et diminuer leur consommation énergétique. Ce n’est donc pas un changement de philosophie dont nous parlons, mais un changement d’échelle. Autrement dit, si l’objectif est le même, les moyens qui y sont consacrés sont augmentés et les délais pour y parvenir largement raccourcis. Pour donner un ordre de grandeur, SIG investira 1,4 milliard de francs dans la construction de réseaux thermiques écologiques pour réduire les émissions de CO2 de 60% à l’horizon 2030. Il faut aussi noter que la construction de ces réseaux thermiques renouvelables engendrera d’importantes retombées économiques pour les entreprises genevoises. Nous souhaitons ainsi contribuer à la relance de l’économie après la crise de la Covid-19.

Le terme de SIG activatrice peut paraître plus mystérieux…

Il est pourtant nécessaire qu’il soit bien compris. Au cours de la dernière décennie, SIG a acquis une solide expertise dans les économies d’énergie et la réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à son programme éco21. Ce programme est partagé avec les Genevoises et Genevois et les entreprises locales. Les modes de consommation évoluent ainsi grâce au bon sens et aux innovations vers une consommation plus sobre et plus efficiente des énergies. Car le consommer mieux va de pair avec le consommer moins. 

Dans le même ordre idées, grâce à une meilleure efficacité énergétique, mais aussi à un investissement citoyen dans les bonnes pratiques, la nouvelle usine Cheneviers IV mise en service en 2024 produira plus de chaleur avec moins de déchets. 

 

Les notions de solidarité, de partage, de partenariat reviennent souvent dans votre bouche.

La transition énergétique ne se décrète pas et elle ne se concrétisera que grâce à la mobilisation des Genevoises et des Genevois, des collectivités, du canton et des entreprises.

Des piliers en version concrète

 

SIG EXEMPLAIRE

L’entreprise passe au microscope toutes ses activités, ses infrastructures et ses réseaux. Voilà pour le menu. Sur les sites SIG, la biodiversité remplace le bitume, les toits se végétalisent, on trouve des ruches et des passages à hérissons. Le parc de véhicules d’entreprise passe largement à l’hybride et à l’électrique. Afin de garantir la qualité de ses processus, SIG a entamé les démarches pour obtenir le label SBTi, Science Based Targets initiative, une certification reconnue par les Nations unies et le WWF.

 

SIG ENGAGÉE

SIG œuvre au développement à grande échelle des réseaux thermiques renouvelables, comme GeniLac, qui fonctionne avec l’eau du lac Léman, mais aussi du CAD, un réseau de chauffage à distance alimenté notamment par la récupération de chaleur de l’usine des Cheneviers, ou encore la géothermie. SIG s’engage en outre à décarboner en partie ses réseaux de gaz d’ici à 2030 en augmentant l’injection de biogaz provenant de la STEP d’Aïre. SIG accélère également le rythme de construction de ses centrales photovoltaïques, avec la mise en service de onze nouvelles unités depuis le début de cette année. 

 

SIG ACTIVATRICE

Les actions participatives portent déjà leurs fruits. Fin 2020, 219GWh d’électricité ont ainsi été économisés grâce au programme éco21, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 73’000 ménages genevois.  De plus, l’émission de 331’000 tonnes de CO2 a été évitée, ce qui représente l’équivalent de 21 mois d’émission du parc automobile du canton. Le programme éco21 déchets permettra de compléter le dispositif en réduisant le volume de déchets de 10 000 tonnes par an.