fr Quand le béton recyclé fait d’une pierre deux coups

Edition été 2021

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

breve_ete_2021_sommaire

Idées durables

Quand le béton recyclé fait d’une pierre deux coups

idee_ete_2021_sommaire_02

Idées durables

GeniLac poursuit son déploiement urbain

geni_ete_2021_sommaire

SIG et vous

Abaissement partiel du Rhône, pour la sécurité des Genevois∙es

coulisse_ete_2021_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

parteniaria_ete_2021_sommaire

SIG et vous

Vernier rallume les étoiles

sig_ete_2021_sommaire

Rencontre

Au cœur de l’atelier

rencontre_ete_2021_sommaire

Saveurs

Nourrir les corps et les esprits

saveurs_ete_2021_sommaire

Nature

Les ambassadeurs de la biodiversité

nature_ete_2021_sommaire

Agenda

agenda_ete_2021_sommaire

IDÉES DURABLES

 Innovation 

 

Quand le béton recyclé fait d’une pierre deux coups

 

La production mondiale de béton rejette deux fois plus de CO2 dans l’air que l’ensemble du trafic aérien, soit 7% des émissions globales. Le béton est aussi le premier déchet à l’échelle mondiale. En transformant le CO2 et en diminuant le besoin de ciment entrant dans sa composition, la technologie développée par l’entreprise bernoise Neustark doit permettre d’améliorer son empreinte carbone.

 

 

Texte: Elodie-Maître Arnaud et Thomas Pfefferlé /// Images: Neustark

 

 

Véritable désastre écologique et énergétique, la production de béton se trouve au cœur des enjeux durables. Car, pour être produit, le béton s’avère particulièrement gourmand en matériaux divers: ciment, sable, calcaire ou encore argile. Des composants dont l’extraction se montre aussi problématique d’un point de vue environnemental qu’énergétique. Et, arrivé au terme de son cycle de vie, le béton produit des montagnes de débris. A tel point qu’il est le déchet le plus important à l’échelle de la planète.

Le système mis au point par Neustark fonctionne en mélangeant le CO2 avec le matériel de démolition, afin de produire un calcaire. Ce calcaire remplace le ciment pour la production d’un nouveau béton à un prix équivalent.

 

 

Pourtant, produire et jeter ainsi ce matériau essentiel au secteur de la construction n’est pas une fatalité. Parmi les diverses solutions novatrices qui voient le jour dans l’optique de réduire son empreinte carbone, celle de Neustark s’avère particulièrement prometteuse. Le principe: produire du béton durable en recyclant du vieux béton démoli et en utilisant du CO2 capturé directement auprès d’usines de production de biogaz.

«On fait d’une pierre deux coups, puisque notre processus technologique permet à la fois de réutiliser les déchets issus de chantiers de démolition tout en évitant que le CO2 rejeté par les producteurs de biogaz ne se retrouve dans l’atmosphère», souligne le CEO, Valentin Gutknecht.

 

GENÈSE DE L’ENTREPRISE

Cofondateur de Neustark, Valentin Gutknecht a d’abord travaillé pour Climeworks, une entreprise pionnière de la capture de CO2 dans l’air. En 2018, il décide de s’associer avec Johannes Tiefenthaler, qui travaille alors sur les possibilités de réaction du CO2 avec les substances minérales et leur liaison sous forme de calcaire dans le cadre de son doctorat à l’EPFZ. Ensemble, ils créent Neustark en 2019, suite à une levée de fonds menée avec succès. Depuis la capitale helvétique, l’entreprise emploie aujourd’hui neuf collaborateurs et propose sa technologie aux grands noms de l’industrie du béton tels que les groupes Kibag et Holcim.

A l’été 2020, le premier système commercial a été installé chez Kästli, entreprise qui fabrique du béton à Berne.

«A terme, notre objectif consiste à être capable de produire un béton qui soit totalement neutre en CO2

 

Valentin Gutknecht, CEO de Neustark

SOLUTION NOVATRICE ET BIENFAITRICE

La fabrication du béton nécessite de mélanger plusieurs matériaux: du ciment, du sable, des graviers et de l’eau. La technologie développée par Neustark permet de fixer le CO2 au cœur et à la surface des granulés de béton de démolition sous forme de calcaire. Résultat: on utilise ainsi moins de ciment pour fabriquer le béton, tout en conservant les mêmes propriétés. Ce granulat amélioré peut aussi être mélangé à du béton frais pour remplacer le sable et le gravier utilisés habituellement. «D’un point de vue environnemental, il faut savoir que la production de ciment nécessaire à la fabrication de 1m3 de béton émet plus de 150g de CO2, poursuit Valentin Gutknecht. La solution que nous avons mise au point permet actuellement de réduire ces émissions d’environ 10%. A terme, notre objectif consiste à être capable de produire un béton qui soit totalement neutre en CO2

APPLICATIONS DIVERSES ET ENTREPRENEURS SENSIBILISÉS

La technologie de Neustark est déjà opérationnelle pour des applications commerciales et équipe actuellement une usine dans les environs de Berne traitant 40’000 tonnes de béton de démolition par année. Le CO2 utilisé provient de l’installation de séparation du biogaz d’une station d’épuration voisine. La solution est pour l’heure basée sur des unités mobiles, mais Neustark travaille avec le groupe Kästli sur un dispositif intégré. Une usine zurichoise est également équipée de ces unités mobiles depuis début décembre 2020 et bientôt le béton Neustark sera aussi disponible chez PQR Béton à Gland.

Outre les aspects technologiques, Neustark veille aussi à sensibiliser les acteurs de la construction qui évoluent dans son secteur d’activité. «Nous remarquons que les maîtres d’ouvrage sont de plus en plus nombreux à se montrer attentifs aux enjeux durables liés à leurs projets, parfois par conviction, parfois pour des questions d’image», ajoute le cofondateur.

MARCHÉ PROMETTEUR

Parmi ses différentes perspectives de développement, l’entreprise entend par ailleurs poursuivre sa croissance sur la scène internationale. Son positionnement helvétique devrait ainsi s’étendre à l’Allemagne, où des tests liés à sa technologie sont prévus dès cet été. En Suisse, Neustark est actuellement en contact avec 80% des producteurs de béton. Dans les deux ans à venir, la société prévoit d’opérer de façon stable ici et dans les pays voisins avant de s’attaquer au reste du monde. Face à elle, cinq concurrents sérieux sont présents à l’international. Neustark semble toutefois être la seule entreprise à ce jour qui propose une solution simple pouvant être immédiatement intégrée dans n’importe quelle usine de production de béton. Ce qui lui confère un avantage concurrentiel qui devrait s’avérer décisif.

Nominée par la Fondation suisse pour le climat, l’entreprise Neustark a par ailleurs remporté le Catwalk 2020, la compétition internationale de l’innovation écologique organisée dans le cadre du salon Climate Show, en partenariat avec l’Office fédéral de l’environnement et Cleantech-Alps. Une reconnaissance qui constitue à la fois une belle rampe de lancement et un gage de confiance et de crédibilité envers ses clients et partenaires.