fr Réinventer demain grâce à nos déchets

Edition automne 2022

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

En bref - Sommaire

Innovation

GoH! roule pour l’hydrogène vert

GOH - Sommaire

Eco-responsable

Réinventer demain grâce à nos déchets

Déchets - Sommaire

Coulisses

énergie: Genève se prépare à une possible pénurie

Pénurie - Sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

Partenaires - Sommaire

Parole de client

L’Organisation météorologique mondiale rend son siège plus vert

OMM - Sommaire

Rencontre

«Histoires de Genève», les mille visages d’une ville

Rencontre - Sommaire

Nature

L’eau, un bien précieux à préserver

Nature - Sommaire

Saveurs

Des crêpes qui dépotent

Saveurs - Sommaire

Agenda

Agenda - Sommaire

idées durables

ÉCO-RESPONSABLE

Réinventer demain grâce à nos déchets

Comment réduire le volume de déchets qui se retrouvent chaque année dans les usines d’incinération? Dans le cadre de son programme éco21, SIG développe des pistes concrètes pour améliorer le bilan global du Canton.

Textes: Mireille Jaccard - Illustrations: République et Canton de Genève

La moitié des déchets qui remplissent les poubelles genevoises sont recyclables. Parmi eux, on trouve même un tiers de déchets organiques, soit environ 32 000 tonnes par an. Pelures de fruits et de légumes, aliments périmés, fleurs fanées, restes de repas… Ces déchets organiques, composés à 90% d’eau, sont difficiles à brûler. Faute d’être correctement triées, la moitié des ordures recyclables sont incinérées à l’usine des Cheneviers. Ce qui représente un coût pour la société et la planète, tandis qu’elles pourraient être valorisées sous forme de compost.

 

Contexte d’urgence écologique

Il existe des pistes pour réduire le gaspillage des ressources locales: «Dans un premier temps, pour contribuer aux enjeux industriels et environnementaux, il faut tendre vers une consommation plus réfléchie et activer l’économie circulaire, en évitant de produire les déchets», analyse Florence Amoudry-Frézier, responsable de projets Déchets & économie circulaire dans le cadre du programme SIG-éco21. «Dans un second temps, il est important de privilégier le tri à la source pour revaloriser la matière au maximum. Cela demande un important effort de pédagogie et de sensibilisation sur l’ensemble de la chaîne de valeur, de la fabrication à la consommation.»

◖◖ Pour être soutenable, l’empreinte matière du Grand Genève devrait être ramenée de 19 tonnes à 6, voire 3 tonnes par habitant et par an. ◗◗

La nouvelle loi sur la gestion des déchets, récemment approuvée par le Grand Conseil, vise une diminution drastique des ordures en introduisant l’obligation du tri, l’interdiction des articles en plastique à usage unique dans les restaurants et les manifestations communales, ainsi que l’élimination des déchets sur le territoire cantonal afin de limiter l’empreinte carbone liée au transport. Cette loi devrait entraîner une baisse de 25% des déchets urbains incinérés. Une approche qui résonne avec les démarches entreprises par SIG: «Dans le cadre du programme SIG-éco21, nous mettons en avant la sobriété: il s’agit de consommer moins et mieux, poursuit Florence Amoudry-Frézier. Le local, le durable, le réparable et le recyclable sont des gages de qualité et de valeur. Ce changement de paradigme mène à modifier les façons de produire, de consommer ou de vivre ensemble.» Cela implique de remplacer les importations, à fort impact environnemental, par des pratiques circulaires qui permettent de lier la demande aux ressources existantes sur le canton. Les répercussions environnementales sont ainsi mieux maîtrisées.

PÔLEBIO: UN SITE, DEUX VOCATIONS

Animés par des ambitions environnementales communes, SIG et Helvetia Environnement se sont associés pour valoriser les déchets organiques: le site PôleBio valorisera 48 000 tonnes de matière par an. Remplaçant l’installation de Châtillon, exploitée par SIG, il entrera en service à l’horizon 2024. Le site a une double vocation: la valorisation des biodéchets et la production d’engrais organiques (compost, biofertilisants liquides), qui pourront se substituer aux engrais minéraux importés. Avec cette nouvelle installation, les agriculteurs et les paysagistes du canton disposeront d’intrants locaux de qualité pour leurs cultures. L’usine produira également 25 GWh d’énergie sous forme de biométhane qui sera injecté dans le réseau de gaz SIG et alimentera l’équivalent de 4000 foyers genevois, tout en répondant aux besoins des transporteurs. Une centrale solaire couvrira la toiture et fournira une électricité équivalente à la consommation de 300 ménages.

Transition vers une économie circulaire

Si, depuis des générations, le modèle dominant est celui d’une économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter), l’économie circulaire représente quant à elle une approche intégrée. Elle implique de repenser l’ensemble du circuit, du traitement des matières premières au recyclage en passant par la conception, la production, la distribution et l’utilisation – que l’on souhaite aussi longue que possible. À la lumière des enjeux climatiques actuels, l’économie circulaire est au cœur des réflexions pour construire le monde de demain. Avec une vision alliant environnement et économie en ligne de mire, l’action des collectivités et des structures genevoises se concentre activement sur les alternatives et les opportunités de cette approche. Elle s’appuie sur les capacités du tissu financier au sein duquel plusieurs entreprises ont déjà entrepris des démarches et partagent de bonnes pratiques pour faire un meilleur usage des ressources planétaires. Le défi est de taille: le changement de modèle demande une transformation profonde et collective.

 

SIG-éco21, l’action transversale

Initié en 2007 par SIG, le programme éco21 accompagne, encourage les acteurs et actrices genevois et soutient les efforts du Canton pour réduire la consommation d’énergie comme les émissions de CO2. «Depuis 2020, SIG propose un accompagnement sur la thématique des déchets et de l’économie circulaire, porté par des spécialistes pour identifier les opportunités, les aides financières et les méthodes clés en main adaptées aux besoins de chacun, indique Florence Amoudry-Frézier. Cette prise en charge facilite l’établissement d’une stratégie afin de réduire les déchets et d’optimiser leur tri. Notre programme propose des solutions concrètes pour les particuliers, les entreprises, les collectivités et les propriétaires. Il permet de partager les résultats sur l’ensemble du territoire et de favoriser la mise en réseau afin d’accélérer les démarches circulaires.»

 

En collaboration avec les services de l’État de Genève, le programme éco21 a principalement pour mission de contribuer à la réduction des déchets incinérés.

 

«Cet accompagnement permet de réaliser des diagnostics, de faire des propositions d’actions, de donner des conseils et des incitations financières. Il prend plusieurs formes: sensibilisation sur la prévention et le tri des déchets auprès de la population et des employés, soutien à la création de ressourceries, développement d’une plateforme numérique de dons de matériaux entre les entreprises, projets pilote de réinstauration d’une consigne sur les contenants alimentaires, rédaction d’un
guide déchets dans les nouveaux quartiers, etc. Les métiers liés à l’économie circulaire comme les spécialistes de la réparation, les acteurs et les actrices de la seconde-main ainsi que les savoir-faire locaux sont toujours plus mis en valeur, et la tendance ne va pas s’inverser.»

LE PROGRAMME SIG-éco21

Les économies d’énergie, de CO2 et la limitation des déchets constituent l’un des éléments clés de la transition environnementale du Canton de Genève. Elles contribuent à la préservation des ressources naturelles et du climat ainsi qu’à la sortie du nucléaire. Portant les objectifs de la Confédération et du Canton, le programme a pour ambition de faire de Genève une région efficiente grâce à des partenariats avec des entreprises et associations locales ainsi que des professionnels genevois.