Edition automne 2020

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

news_auto_sommaire

Innovation

De l’électricité dans l’air

idee_auto_sommaire

Eco-responsable

A la hauteur de l’urgence climatique

idee_auto_sommaire_2

Coulisses

Assurer les services essentiels durant la pandémie

sig_auto_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

partenariat_auto_sommaire

Parole de client

«GeniLac faisait sens pour nous»

sig_auto_geni_sommaire

Rencontre

Un vélo «made in Genève»

sig_auto_vivre_sommaire

Saveurs

Un resto, un concert et dodo

vivre_auto_saveurs_sommaire

Nature

Industrie et oiseaux cohabitent

vivre_auto_nature_sommaire

Agenda

agenda_auto_sommaire

VIVRE

Charles Fréchette et Christine Regard: ex-vice-présidente de la coopérative, aujourd’hui membre du comité de direction.

 Saveurs 

 

Un resto, un concert et dodo

 

L’Auberge des Vergers, c’est une approche unique: un restaurant participatif, une salle culturelle et des chambres d’hôtes, le tout sur un même site et regroupé en coopérative. Le lieu a été officiellement inauguré le 9 octobre.

 

Texte : Joëlle Loretan // Photographies: Guillaume Megevand

 

 

Au départ, un constat: le vide culturel et social laissé par la fermeture des squats genevois. Mais les initiateurs se reconnaissent aussi dans les coopératives d’habitation, qui réinventent le droit à la propriété. Nous sommes en 2010. Sept ans plus tard, le projet remporte le 3e Prix IDDEA, une étape qui marquera le lancement des demandes de subventions. Aujourd’hui, l’établissement social et culturel est sur le point de voir le jour. «A notre connaissance, c’est le premier établissement du genre en Suisse, explique Charles Fréchette, responsable culturel de la salle de concert et musicien professionnel. Nous avons suivi de près la création d’autres projets similaires en Suisse et à l’étranger, mais aucun n’est axé à la fois sur les trois volets qui nous tiennent à cœur et autour desquels nous désirons créer du lien socia.» Ainsi est née l’Auberge des Vergers, nichée au sein de l’écoquartier du même nom à Meyrin.

 

DES ACTIVITÉS INTERDÉPENDANTES

La restauration, le logement et la salle culturelle sont les trois piliers du projet; ils fonctionnent ensemble. «C’est ainsi qu’a été pensé le plan économique, explique Charles Fréchette. On compte sur le fait que les gens qui viennent dormir mangeront au restaurant avant d’aller voir un concert; ceux qui viennent écouter un concert mangeront peut-être au restaurant, et ainsi de suite.» 

Le lieu propose dix chambres d’hôtes (à des prix très concurrentiels), une salle de spectacle également utilisable comme local de répétition ou studio d’enregistrement, ainsi qu’un restaurant qui sert des produits locaux et de saison. Mais pas que… «Une fois par semaine, les coopérateurs peuvent venir cuisiner. Comme le quartier des Vergers est multiculturel, vous dégusterez des plats afghans, sri-lankais ou encore québécois.» Quant aux chambres d’hôtes, chacune a son style. «Nous les avons aménagées de manière créative, en recyclant des vieux meubles, Nous voulions prioriser l’investissement dans la literie.» Et, selon Charles Fréchette, «c’est du 5-étoiles»! La salle multiculturelle, tout en bois et insonorisée, accueillera artistes locaux et internationaux. «La programmation sera axée principalement sur la musique acoustique ou légèrement amplifiée (jazz, world, classique...). Nous prévoyons également des jams, des résidences d’artistes, des camps pédagogiques ou encore des projections de films et des créations théâtrales. Les coopérateurs pourront aussi louer la salle, y répéter et organiser des événements.» Rappelons que l’Auberge est ouverte à toutes et tous, membres de la coopérative ou non.

 

SOUTIEN DE SIG

Le projet a, entre autres, été financé par une campagne de crowdfunding lancée par SIG. «Les collaborateurs de SIG ont été formidables, se souvient Charles Fréchette. Ils ont été très enthousiastes dès les premiers échanges et sont venus à plusieurs reprises pour discuter du projet. Ils ont largement diffusé la campagne de crowdfunding et c’est sans doute grâce à cette visibilité que nous avons pu récolter 40’000 francs, soit le double de l’objectif.» Charles Fréchette reste impressionné par «les milliers d’heures» d’investissement bénévole de la part des membres du comité (les mêmes depuis le début du projet, avec quelques nouveaux en plus). «Nous avons mis beaucoup d’énergie et d’amour dans ce projet. J’espère que les gens le ressentiront.»

Auberge des Vergers

Esplanade des Récréations 21

1217 Meyrin

Tél. 022 777 70 45