Edition printemps 2019

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

sommaire_01

Innovation

«Il faut comprendre la psychologie du comportement durable»

sommaire_02

Eco-responsable

Les bienfaiteurs de l’or bleu

sommaire_03

Coulisses

Cheneviers IV, ou quand les déchets deviennent une ressource

cheneviers_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

sommaire_05

Parole de client

Les Lancéennes et les Lancéens investissent dans le solaire

sommaire_06

Rencontre

Une lessive qui ne fait pas tache

sommaire_07

Saveurs

Au Richemond, Le Jardin devient potager

sommaire_08

Nature

La ville nourricière

sommaire_09

Agenda

sommaire_10

VIVRE

 Rencontre 

 

Une lessive qui ne fait pas tache

 

La Corde à Linge met au point des produits qui misent sur des ingrédients et une main-d’œuvre locale, invitant les consommateurs à recharger leurs bidons et assurant les livraisons à la force du mollet, mettant en pratique les principes de l’économie circulaire.

 

Texte: Sylvie Ulmann /// Photo: Vanina Moreillon

Cest avec sa grand-mère qu’Anne-Julie Beroud a découvert les vertus de la lessive maison. Puisque laver son linge sans se fâcher avec la planète allait de soi pour cette trentenaire, elle a donc fini par se lancer il y a un an et demi dans la fabrication de ce produit pour son propre usage. A base de savon bio et d’huiles essentielles, sa recette ne tarde pas à séduire famille et amis, qui lui en passent commande. La production prend de plus en plus d’ampleur et, très vite, l’entrepreneuse comprend qu’il est important de trouver une formule stable et à base d’ingrédients locaux.

 

UNIR LES COMPÉTENCES

Anne-Julie Beroud est éducatrice sociale de formation et les connaissances nécessaires en chimie lui manquent. Elle propose donc à une étudiante de la Haute Ecole de chimie de Fribourg de réaliser un travail de recherche sur la question. Mission accomplie. Aujourd’hui, une seule ombre demeure au tableau: le liant. Sans lui, difficile de proposer la lessive en vrac dans des contenants de plusieurs dizaines de litres, car il faut les secouer pour mélanger les composants. Ideal Chimic (entreprise genevoise qui conçoit, développe, fabrique et conditionne des produits chimiques) étudie donc cette question dans le cadre d’un partenariat. Car formuler ce composant sans avoir recours à de l’huile de palme ou du pétrole, en utilisant uniquement des ingrédients végétaux ou minéraux provenant de la région, ressemble à la quête du Graal. La question ne s’était en effet jamais posée, Anne-Julie étant pionnière en la matière. A La Corde à Linge, même le plastique recyclé dont sont faits les bidons est helvète – bâlois, plus précisément. L’Association Tournerêve fournit l’huile de tournesol, ingrédient essentiel, valorisant ainsi ses invendus. Les livraisons s’effectuent à vélo. Une levée de fonds pour acquérir un triporteur a d’ailleurs été réalisée avec succès sur la plateforme de financement participatif Impact de SIG. Quant à la production, c’est PRO Entreprise, un atelier protégé genevois, qui l’assure. Tout ceci ne doit rien au hasard: Anne-Julie a la fibre écologique chevillée au corps. «Je devais avoir 13 ou 14 ans lorsqu’un monsieur est venu nous parler en classe de ce qui attendait la planète si nous n’agissions pas rapidement pour la préserver, se rappelle-t-elle. Aujourd’hui, tout ce qu’il nous annonçait est en train de se réaliser, je ne peux pas rester les bras croisés sans rien faire.»

 

UNE RÉCOMPENSE BIEN MÉRITÉE

Fin 2018, sa petite entreprise a reçu le Prix IDDEA (Idées de développement durable pour les entreprises d’avenir), 20 000 francs à la clé. Un sacré coup de pouce, qui booste le moral: «Cela montre que j’ai choisi la bonne voie, et quand on se lance dans une telle aventure, cela fait du bien!» Sa PME représente en outre Genève dans le cadre du projet Impact Hub, l’incubateur d’économie circulaire, qui s’est déroulé de janvier à avril 2019.