fr Une piste cyclable transformée en centrale solaire

Edition automne 2021

En bref

Nouvelles du développement durable et actualités SIG

actu_automne_2021_sommaire

Innovation

Une piste cyclable transformée en centrale solaire

idee_automne_2021_sommaire

Eco-responsable

Nouveau hub de l’économie circulaire

idee eco_automne_2021_sommaire

Rencontre

Impact donne du sens à l’économie genevoise

idee rencontre_automne_2021_sommaire

SIG et vous

Le Pacte climatique: plus vite vers la transition énergétique

sig_automne_2021_sommaire

SIG et vous

Les Laiteries Réunies poursuivent leur engagement durable

sig_laiterie_automne_2021_sommaire

Partenaires

SIG au cœur de la vie locale

sig_partenaire_2021_sommaire

Nature

Sur La Parcelle, on partage et on échange

nature_automne_2021_sommaire

Saveurs

enFaim: une cuisine aux mille parfums

saveur_automne_2021_sommaire

Agenda

agenda_automne_2021_sommaire

IDÉES DURABLES

 Innovation 

 

Une piste cyclable transformée en centrale solaire

 

En accord avec les objectifs de transition écologique du canton de Genève portés par SIG, une partie de la piste cyclable qui longe la route de Satigny sera couverte, début 2023, de panneaux solaires photovoltaïques. Le design de ce projet pilote innovant a été confié au bureau Colucci & Colucci – Design et Architecture.

 

Texte : Mireille Jaccard // Image: Colucci & Colucci

A l’horizon 2025, SIG s’engage à couvrir 6% de la consommation d’électricité du canton grâce à la production solaire, soit un objectif de 150GWh d’électricité photo-voltaïque d’origine locale. C’est dans cette optique qu’un concours a été organisé à l’occasion d’un mandat d’études parallèles (MEP) pour une étude pilote innovante (lire l’encadré). Cet élan ouvre la voie à de nouvelles perspectives dans le domaine du solaire photovoltaïque. 

Le choix du design d’un projet pilote de couverture solaire pour piste cyclable a ainsi été attribué à Claudio Colucci de Colucci & Colucci – Design et Architecture pour son projet «Solar Horizon». La pertinence technique permettant de concrétiser des technologies novatrices en faveur de la préservation de l’environnement, la faisabilité du projet et l’adaptabilité de la proposition destinée à être dupliquée ont su séduire le jury. Le prototype sera réalisé sur le tronçon de Montfleury, une piste cyclable de 100m de long qui suit la route de Satigny. L’élément photovoltaïque s’implantera dans ce paysage en créant un écho harmonieux entre l’horizon montagneux et celui du site industriel à proximité.

 

FACE À L’URGENCE CLIMATIQUE: DES SOLUTIONS CONCRÈTES

Si l’utilisation des toitures pour la production solaire poursuit son développement à Genève, les limitations géographiques couplées à la densité de la population conduisent SIG à chercher des solutions complémentaires à l’utilisation des toits, telles les façades des bâtiments et la couverture de certains parkings extérieurs. Optimiser les surfaces additionnelles pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et aux objectifs du canton au travers de centrales photovoltaïques le long des voiries s’est alors présenté comme une solution à mettre en valeur. 

Le dispositif Solar Horizon met à profit une énergie renouvelable et locale, profondément en symbiose avec l’air du temps. L’ouvrage prototype, prévu pour le premier trimestre 2023, pourrait être décliné le long d’autres pistes cyclables. De plus, le canton de Genève a la chance de disposer de nombreux axes orientés est-ouest, une orientation particulièrement propice à l’installation de centrales solaires, compte tenu de leur exposition aux rayons du soleil.

DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DESIGN FONCTIONNEL 

«Ce que j’aime, c’est le minimalisme, les lignes droites, claires et épurées, celles qui font l’identité suisse», confie le designer genevois Claudio Colucci. «Ce projet s’inscrit dans une logique de développement durable orienté vers un design fonctionnel. L’ouvrage permet de s’adapter à des environnements aussi bien ruraux qu’urbains. Et cette zone industrielle en bordure de la campagne genevoise a été pour moi une grande source d’inspiration.» La structure sobre est en effet remarquable dans la silhouette de l’ouvrage; c’est d’ailleurs ce qui a séduit le jury du concours, en plus de ses qualités fonctionnelles et de son intégration dans le paysage. Quant aux impératifs techniques qui devront guider la future construction de ce MEP, SIG souligne que les canalisations situées sous la piste cyclable sont l’une des difficultés de la réalisation du projet. «Nous devrons être très prudents lorsqu’il faudra installer les fondations en béton, en raison des réseaux existants en sous-sol; c’est l’une des contraintes majeures de la réalisation de ce type de projet», affirme Christelle Anthoine Bourgeois, la maître d’ouvrage et responsable de projets solaires SIG. «Outre les aspects esthétiques de cette ombrière, la dimension de la structure a été conçue pour qu’elle soit, d’une part, confortable aux usagers et à leur protection lors des intempéries et qu’elle permette, d’autre part, une installation optimisée des panneaux photovoltaïques.»

 

UN MODÈLE D’AVENIR 

Solar Horizon comportera une structure primaire au-dessus de la piste cyclable. Construite en métal, elle soutiendra une structure secondaire en bois lamellé collé qui accueillera les panneaux photovoltaïques. L’assemblage en pied de marquise sera en acier galvanisé afin de limiter l’usure et de transmettre les efforts importants entre le bois et la fondation en béton armé. En plus du rayonnement naturel, les panneaux solaires bénéficieront du rayonnement réfléchi par le sol. Une végétation est prévue également dans un petit fossé, avec un drain en cas de grandes pluies pour garantir la sécurité des cyclistes. La puissance totale de la centrale qui sera installée est estimée à 180kWc, avec des modules solaires bifaces qui généreront entre 5 et 30% d’énergie de plus que les modules photovoltaïques classiques. 

 

UN TOURNANT PROMETTEUR 

Ce prototype de couverture solaire photovoltaïque pour piste cyclable a aussi vocation à évaluer la pertinence technique, l’aspect financier, la faisabilité d’une telle installation à plus grande échelle ainsi que les possibilités de sa réplication dans le canton de Genève, voire au-delà. Ce modèle pourrait également se décliner en une version urbaine plus fine en utilisant davantage de métal.

Le prototype permettra également d’apprécier le degré d’innovation de cette couverture solaire, son potentiel de marché, ses possibilités de création d’emplois, son impact sociétal et ses bénéfices pour l’environnement. «L’idée serait ensuite de répliquer le projet sur le reste du grand réseau des pistes cyclables genevoises», précise Benoît Dubesset, organisateur du MEP, président du jury du Prix solaire et architecte. «Idéalement, il faudrait même élaborer deux ou trois modèles différents afin d’adapter cette couverture solaire à tous les sites.» Avec cette solution respectueuse à la fois de l’environnement et des critères esthétiques de Solar Horizon, nul doute que s’amorce, dans le registre écologique genevois, un tournant prometteur, réjouissant et lumineux.

Les points forts  de ce mandat d’études parallèles

 

L’idée de ce premier MEP pour la réalisation d’une centrale solaire a germé dans l’esprit des responsables en énergie solaire de SIG. En tant qu’opérateurs sur des parcelles appartenant à l’Etat de Genève, ils ont pour objectif de concrétiser un projet innovant et énergétiquement valorisant sur une voie publique, avec des qualités d’insertion dans le site et une technologie d’avant-garde. «Le déploiement du photovoltaïque sur les routes, bien que plus contraignant à mettre en œuvre que sur bâtiment, constitue une réelle opportunité de développement», affirme Christelle Anthoine Bourgeois, maître d’ouvrage et responsable de projets solaires chez SIG.

L’ambition de la mission a permis la participation d’experts complémentaires aux porteurs de projets solaires habituels, afin d’obtenir un design réfléchi qui se fond dans le décor. En effet, parallèlement à la prise de conscience écologique, SIG a souhaité intégrer, et ce dès les prémices, les compétences de naturalistes, urbanistes et protecteurs du paysage, complétées d’un point de vue architectural. Ainsi, cinq bureaux d’architectes et de design ont soumis des idées répondant à la demande spécifique axée sur le développement durable. Une réflexion dynamique qui a permis de faire germer des solutions visionnaires aussi bien techniques qu’esthétiques.

 

Parcourez les étapes de ce MEP innovant et découvrez les différents projets présentés